image
image

Les ambitions de DXC Technology Maroc, fleuron IT du Royaume

Mardi 02 Mai 2017 - Par financenews

En mai dernier, Hewlett Packard Entreprise annonçait la fusion de ses activités de Services IT avec Computer Sciences Corp, donnant naissance à un géant mondial, DXC Technology Group. Sa filiale au Maroc est une joint-venture avec CDG. Elle est l’un des fleurons IT du Royaume et y réaffirme ses ambitions. Détails avec Mehdi Kettani, président du Directoire de DXC Technology au Maroc.

Finances News Hebdo : Lors du changement de la dénomina­tion de HPCDG pour devenir DXC Technology Maroc, vous avez expli­qué qu’il s’agissait du début d’une nouvelle étape. Quels en sont les principaux enjeux ?

Mehdi Kettani : Nous sommes une société de services dédiés aux technolo­gies de l’Information implantée au Maroc depuis 2007. Nous accompagnons nos clients au Maroc et à l’international. Un quart de notre activité est dédié à notre mar­ché domestique mais les trois quarts sont tournés vers le monde. Nous comptons plus de 200 personnes travaillant sur le marché marocain, sur les 1.200 personnes que nous employons. Nous avons l’ambition de continuer à nous développer dans le Royaume évidemment, mais nous souhai­tons surtout apporter au Maroc le standard international que nous produisons tous les jours pour les Etats. Unis, l’Europe ou la Chine.

Nous offrons en fait au Maroc un savoir-faire équivalent à celui offert à nos clients offshore afin de les faire bénéficier du même standard de qualité.

Nous avons des pôles de compétence importants, en particulier sur ce qu’on appelle l’infogérance : nous maintenons en condition opérationnelle les outils et grandes infrastructures IT de nos clients dans le monde. Prenons un exemple concret : notre supervision nous permet tous les jours de déceler des anoma­lies de comportement des machines que nous monitorons. Un disque dur qui se remplit anormalement, personne ne s’en rend compte et cela peut devenir un pro­blème sérieux d’exploitation pour le client. Nous anticipons typiquement ce type de situation et les solutionnons à partir de Rabat, alors que le serveur peut se trouver n’importe où dans le monde.

Notre offre de service et notre valeur ajoutée, c’est d’assurer le maintien des outils personnels de nos clients ainsi que leurs outils communs, notamment les serveurs, le stockage des données, ainsi que le maintien des applicatifs que nous développons.

Au total, notre enjeu le plus critique est d’accompagner nos clients dans leur transformation digitale. Ceci implique de maîtriser le métier de nos clients. Nous avons par exemple de grosses activités de retail, de télécoms ou d’hospitalité qui sont externalisées chez nous et réalisées depuis le Maroc.

F. N. H. : Avec un tissu économique hétéroclite, des secteurs et des entreprises aux tailles différentes, comment se développe la digitalisation et quelles opportunités présente-t-elle pour une société comme la vôtre ?

M. K. : Le marché marocain est extrêmement compétitif et nous ne sommes pas sur un marché vierge. Avec cette maturité, une multitude d’acteurs de tous niveaux, dont beaucoup de premier rang, sont présents.

Le marché marocain est forcément étroit par rapport au marché mondial que nous adressons avec nos confrères de l’Offshore. Nous sommes un centre de delivery connecté au réseau de tous les centres DXC du monde, avec les mêmes outils, les mêmes process, les mêmes compétences…

Notre positionnement Groupe est d’accompagner les très grands comptes et donneurs d’ordre publics et privés. Au niveau marocain, c’est exactement pareil : nous accompagnons de grands clients sur des projets importants, en particulier sur l’infogérance.

F. N. H. : Qui dit grands comptes, mondialisation et régionalisation oblige, est-ce dans vos ambitions de les accompagner vers l’Afrique, le Maroc prétendant à devenir un hub régional ?

M. K. : Il faut préciser que nous sommes un centre de delivery, c’est-à-dire que nous produisons des services IT pour des clients où qu’ils soient dans le monde. Quand on parle de clients mondiaux, leurs sièges sont souvent en Europe ou aux USA. Ce sont donc les gestionnaires de comptes dans le monde qui vendent et qui se tournent ensuite vers nous pour faire la meilleure offre qui soit à leurs clients. C’est ainsi que DXC Technology Maroc est très présent en France parce que nous y sommes très compétitifs. Une autre de nos qualités est également que nous fonctionnons 24h/24 et parlons 9 langues à Rabat. Permettez-moi de les citer : fran­çais, arabe, anglais, espagnol, allemand, hollandais, portugais et turc.

Pour préciser ma réponse à votre ques­tion, s’il faut accompagner des clients marocains ou mondiaux en Afrique, évi­demment nous le ferons avec ce que nous savons bien faire, c’est-à-dire délivrer des services IT.

F. N. H. : Le choix du QG de DXC Technology Maroc à Technopolis Rabat ne revêt-il pas une sym­bolique, le campus regroupant une importante matière grise du Royaume ? Sachant que la plupart des investissements du genre se focalisent sur Casablanca.

M. K. : Ce n’est pas parce que je suis Marocain que je le dis, mais la destination Maroc est une très belle destination pour les investisseurs dans ce domaine.

L’un des premiers atouts de cette destination est la proximité de l’Europe. S’ensuit le fait que nous soyons pratiquement sur le même fuseau horaire et ce n’est nullement négligeable lorsqu’il faut parer aux urgences.

Le troisième point important en faveur de la destination est que nous avons des cultures proches et entièrement comparables. Je souligne que nous recrutons par exemple des MRE en Hollande, en Allemagne, en Italie… pour renforcer la maîtrise des environnements que nous adressons.

A telle enseigne que nous récupérons de l’activité qui était destinée à être délivrée depuis l’Inde. Et c’est un fait suffisamment important pour être souligné : le Maroc arrive à prendre des parts de marché à l’Inde en matière de services IT grâce à ses atouts. Il ne faut pas perdre de vue que les clients ne sont pas uniquement intéressés par le coût bas des ressources de l’Inde et la Chine. Ils accordent une importance primordiale à la qualité de la prestation.

J’en arrive à l’attractivité des différents bassins d’emplois du Maroc. Ceux-ci permettent de servir une grande diversité de besoins de compétitivité et les atouts de la destination Maroc sont forts : Casablanca est le plus grand bassin d’emploi au Maroc, avec l’expertise la plus diversifiée et abondante, puisqu’on y trouve à peu près toutes les compétences et disciplines. A Rabat, c’est parfois un peu moins étendu mais la qualité y est équivalente. Les niveaux de rémunération y sont donc comparables.

Par contre, quand vous allez à Fès, El Jadida ou à Oujda, vous avez accès à des bassins d’emplois moins spécialisés, mais avec une réelle compétitivité des salaires et des infrastructures. Sachant que ces villes disposent d’Universités pour offrir des compétences dans des domaines précis, il ne faut donc pas hésiter à choisir la bonne ville selon l’objectif recherché.

F. N. H. : Aujourd’hui, avec le changement de dénomination, en capitalisant sur vos 10 ans d’existence, cela se traduit-il par de nouveaux objectifs d’activité ?

M. K. : Nous comptons aujourd’hui envi­ron 1.200 salariés et notre ambition est bien évidemment de croître. Il est difficile d’avancer des objectifs chiffrés, mais il est vrai que l’arrivée de DXC est une réelle opportunité qui s’offre à nous. La fusion HP et CSC en 2017 apporte du nouveau et nous met dans une autre position au niveau mondial, mais aussi au Maroc.

Au-delà de ce nouvel univers qui s’ouvre, nous avons absolument besoin de rester compétitifs sur le marché mondial. Cela peut sembler prétentieux de le dire, mais c’est un impératif. Nous avons de vrais atouts face à de grosses destinations comme l’Inde, mais cela suppose de savoir capitaliser sur ces avantages avec l’aide des plans gouvernementaux dédiés au secteur. Ainsi, nous serons position­nés avantageusement dans le réseau des centres de DXC Technology group.

Propos recueillis par I. Bouhrara